dimanche, octobre 30, 2005

Histoire et Géographie en parcourant Chelsea

Samedi après midi à Chelsea: galeries !!

Chelsea, situé au far west de Manhattan est le quartier des parkings, des garages, des galeries, des immenses immeubles de brique rouge et des bars gay. De nombreuses galeries autrefois situées à Soho se sont déplacées un peu plus à l'ouest dans d'immenses entrepôts, délaissant les espaces de Soho pour les boutiques de luxe (Chanel vient de s'installer sur Wooster street...)



25th, 24th, 23rd et 22nd streets, côtés pair et impair: voilà le programme. Il n'est même pas nécessaire de se munir d’un plan ou d’une liste quelconque des galeries, il suffit d'arpenter ces quelques rues pour être suffisamment rassasié en galeries pour la journée... voire pour la semaine.

De bonnes bottes bien chaudes, une grosse écharpe et un bon café bouillant : me voilà parée pour un parcours photographique, historique et géographique (si l'on peut qualifier un parcours de "géographique"...)

Ce mois ci, quelques unes des galeries de Chelsea exposent de la photo, des photos et des photographes bien différents, ce qui est plutôt plaisant. Cette excursion dans Chelsea m'emporte alors un peu plus loin que je n'aurais pensé.

En passant par l’Iran…
























La galerie Barbara Gladstone nous propose un premier voyage en Iran grâce aux histoires de Shirin Neshat. Artiste iranienne exilée à New York, Shirin Neshat filme et photographie "Zarin", personnage imaginé, jeune prostituée qui tente d'échapper à la folie qui l'emporte peu à peu. Les vapeurs du hammam et la vue des autres femmes ne font qu’accentuer son délire, la fuite de sa réalité. Le film, comme les photos sont d’un calme dérangeant. Le grain est net mais pas précis. Un léger flou cerne le visage de ces femmes. Une image à la fois paisible et angoissante de l’Iran et de ses femmes dévoilées.

Encore un peu plus à l’Est … la Chine d’Edward Burtynsky.

La galerie Charles Cowles expose le dernier projet du photographe américain. Paysages de la Chine industrielle. Bien loin des vapeurs du hammam, nous voilà plongés dans l’infiniment petit devenu grand.
Pourtant, si au premier abord les photos de Burtynsky semblent traiter de ce rapport de l’immensité au détail, elles trouvent avant tout leur subtilité dans le traitement de la matière et donc de la lumière.







Le métal rouillé prend des aspects d’argile fraîchement tournée et le bambou se fait métallique. Les hommes travaillant dans une usine agroalimentaire semblent être de plastiques et les paquebots de bois. Burtynsky capte une lumière et des instants qui transforment les hommes et les matières. La réalité n’est pas à regarder de loin, elle se voit ici à la loupe.

La photo à la loupe ?

Troisième galerie de photo et dernier contraste.
Si les immenses photos de Burtynsky méritent un regard distant tout comme un coup d’œil à travers la loupe, les photos miniatures d’Andre Kertesz ne peuvent se passer de ce dernier accessoire.

La galerie Silverstein, propose ainsi une exposition « à la loupe » des premières années du photographe américain Andre Kertesz (1894 – 1985). Quelques loupes étiquettées au nom de la galerie « Silverstein » sont disponibles à l’entrée et l’on peut ainsi commencer à littéralement rentrer dans l’exposition.







De minuscules images, tendres, angoissantes, violentes. Ses amours, la guerre de tranchées et les sports de campagne à la loupe. Non seulement la loupe permet d’apprécier les détails, les anecdotes et les nuances de lumière, mais elle nous emporte bel et bien dans la photo. Pour regarder à travers le verre, je ferme un œil et ne vois plus l’espace alentour. Je rentre dans la photo, dans une photo de 5cm sur 4.

Il faut ici souligner le beau travail du galeriste qui a su mettre en valeur avec une grande simplicité le charme paradoxal des photos de Kertesz. Finalement, une simple loupe sépare Burtynsky de Kertesz.

Photos
Copyright Shirin Neshat / Barbara Glasdtone
Copyright Edward Burtynsky / Charles Cowles
Copyright Estate Andre Kertesz

1 Comments:

Anonymous MLB said...

on attend maintenant que Sarah nous fasse un CR d'expos photos à Taipei... en tous cas, chapeau Po pour ce excursion dans Chelsea, ça donne envie de te suivre...

4/11/05 9:42 AM  

Enregistrer un commentaire

<< Home